Les Islandais refusent (toujours) de payer pour les banquiers

Publié le :
Publication dédiée :
  • Education populaire / Citoyenneté / Volontariat / Sport

  • Pour la deuxième fois en un an, les Islandais ont rejeté un plan de remboursement de la dette provoquée par la faillite de la banque en ligne « Icesave » en 2008. Décryptage de cette « bonne nouvelle » avec Aurélie Trouvé, co-présidente d’Attac.

    Bis repetita. À 93 %, les Islandais avaient giflé une première fois la finance européenne il y a un an, en rejetant un plan de remboursement de l’ardoise laissée par la banque « Icesave » en 2008. Une seconde mouture du plan, avec des intérêts moindres et un étalement du remboursement, a été rejeté samedi 9 avril par 60 % des électeurs.

    « La pire option a été choisie », s’est alarmée dimanche la Premier ministre Johanna Sigurdardottir, tandis que 70 % des députés s’étaient prononcés pour le oui. « Nous devons tout faire pour éviter un chaos politique et économique après ce résultat », a-t-elle ajouté. Avec ce vote sur fond d’euroscepticisme, les sociaux-démocrates au pouvoir accusent le coup : depuis leur arrivée au gouvernement en 2009, ils travaillent à une adhésion de l’Islande à l’Union européenne.

    Source : La suite de l’article en cliquant ici...


    Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire...

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Se connecter
    Votre message

    Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

     
    A propos de ESS et société, Enjeux et débats
    ESS et Société a pris le relais de feu le site de Ressources Solidaires disparu en décembre 2017. Media social et solidaire dédié à l’économie sociale et solidaire en France et dans le monde, ESS et société permet de comprendre et de s’informer sur l’ESS au travers d’un agenda et d’une revue de presse sur l’économie sociale et solidaire L’information que vous recherchez pour comprendre et débattre sur ce (...)
    En savoir plus »