Retour sur notre débat "Des lois Auroux aux ordonnances Macron" au Salon des CE


Un débat riche de sens où nous avons eu l’honneur d’avoir pour intervenants :
- Jean Auroux, ministre du travail de 1981 à 1983
- Anicet le Pors, ministre de la Fonction Publique et des réformes administratives de 1981 à 1983
- Christophe Baumgarten, avocat chez JDS
- Jean-Philippe Milesy, représentant du CIRIEC (Centre international de recherches et d’informations sur l’économie publique, sociale et Coopérative)
- Jean-Claude Tufferi, président du GOEES
Animateur : Jacques Lambert

La rencontre / débat du 22 mars sur le salon des C E, s’est tenu dans un contexte de lutte et de manifestation. Cela a bien entendu été souligné par l’ensemble des participants à la table ronde.

Cette situation a donné tout son relief à l’échange de point de vue, chacun soulignant la remise en cause du modèle social français par les gouvernants successifs et son accélération dans la dernière période d’où les actions du jour.

Jean Auroux a rappelé les fondamentaux de sa loi dans une période historique donnée, avec la volonté d’accorder plus de droits aux salariés. Il a tenu à souligner surtout la création du CHSCT comme outil de prévention des risques d’accidents de travail en précisant que leur disparition à travers la mise en place du C.S.E, serait un mauvais coup porté aux conditions de travail des salariés.

Le président du GOEES a quant à lui regretté l’affaiblissement voulu par le gouvernement des institutions représentatives du personnel, car pour lui le dialogue dans l’ESS passe par une valorisation des I.R.P comme porte-paroles des salariés qui sont créateur de valeurs ajoutées au sein de l’entreprise.

Anicet Le Pors a de son côté rappelé que toute dégradation des droits et libertés des salariés du privé affaiblissent le rapport de force globale du monde de travail, avec des conséquences négatives dans le secteur public et les entreprises nationales.
Il a appelé à la convergence des luttes entre les fonctions publiques et le secteur privé car c’est bien cette cohésion qui fait la force de notre modèle « à la Française ».

Les ex ministres ont tenu à rappeler que lors de la crise financière de 2008, c’est l’existence d’un fort secteur public qui a été force de résilience ainsi que les entreprises de l’ESS qui ont agi comme amortisseurs de cette crise du capitalisme.

Dans ce même débat JDS* a fait part de son interprétation juridique des nouveaux textes, tout en soulignant les possibilités de résister à ces mesures dans les conditions d’un nouveau rapport de force tout en s’appuyant sur de « bons conseils juridiques ».

Pour le CIRIEC qui a pour objectif de s’inscrire et apporter sa contribution à l’avènement d’une société plus équilibrée, plus juste et plus solidaire, ce type de débat dans la diversité des participants apporte sa pierre à cet édifice.

En conclusion la conjugaison de résistance sociale portée par la lutte et la réflexion collective autour de la notion d’économie publique, sociale et coopérative contribuent à poser la question d’une autre société, une société solidaire où l’individu pourra s’épanouir au sein de valeurs collectives fortes et partagées.

Source : En savoir plus ?


Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
A propos de ESS et société, Enjeux et débats
ESS et Société a pris le relais de feu le site de Ressources Solidaires disparu en décembre 2017. Media social et solidaire dédié à l’économie sociale et solidaire en France et dans le monde, ESS et société permet de comprendre et de s’informer sur l’ESS au travers d’un agenda et d’une revue de presse sur l’économie sociale et solidaire L’information que vous recherchez pour comprendre et débattre sur ce (...)
En savoir plus »