Réforme des contrats aidés : une "mise à mort" des associations et des communes rurales


Un an après l’annonce du gouvernement de réduire considérablement le budget alloué aux emplois aidés, le nombre de recours à ce type de contrats est en chute libre. La faute à des contrats de remplacement, les PEC, beaucoup plus coûteux. Pour le monde associatif comme pour les communes, les conséquences sont dramatiques.

Une saignée était attendue. Au mois d’août 2017, le gouvernement annonçait sa décision de baisser le nombre de contrats aidés financés pour partie par l’Etat : de 459.000 en 2017, il ne seront plus que 200.000 en 2018. Un an plus tard, un rapport de la Dares (direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques) cité par Le Monde dresse un bilan des opérations au premier semestre a priori surprenant. Seuls 60.000 contrats subventionnés ont été signés, soit un peu plus d’un quart des postes budgétés pour l’année.

Source : Marianne du 31/08/18 par Anthony Cortes


Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
A propos de ESS et société, Enjeux et débats
ESS et Société a pris le relais de feu le site de Ressources Solidaires disparu en décembre 2017. Media social et solidaire dédié à l’économie sociale et solidaire en France et dans le monde, ESS et société permet de comprendre et de s’informer sur l’ESS au travers d’un agenda et d’une revue de presse sur l’économie sociale et solidaire L’information que vous recherchez pour comprendre et débattre sur ce (...)
En savoir plus »