L’économie sociale et solidaire, véritable levier de développement économique et social


Aujourd’hui, à l’occasion de la conférence de presse de lancement de la 2 édition nationale du mois de l’économie sociale et solidaire en France, Yannick Barbançon, Président du Conseil National des Chambres Régionales de l’Economie Sociale (CNCRES) et Claude Alphandéry, Président d’honneur de France Active, ancien président du Conseil National de l’Insertion par l’activité économique (CNIAE), réclament que les pouvoirs publics reconnaissent l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) comme véritable levier de développement économique et social et comme interlocuteur des politiques publiques et du dialogue social.

« Les citoyens savent-ils que des millions de militants et salariés sont dans des entreprises portant des actions exemplaires ? ». Ainsi Claude Alphandéry introduit-il le débat en déclarant que si les Français sont très attentifs et intéressés par ce que fait l’économie sociale et solidaire (développement durable, insertion, éducation populaire, recyclage, services à la personne, …), ils ne savent en revanche pas que ça existe ». Et pourtant, l’ESS, c’est en France plus de 2 millions de salariés et 1 entreprise sur 10, soit 10% du PIB. On oublie d’ailleurs trop souvent que ce que l’on appelle l’ESS représente 3% de croissance de l’emploi sur les 10 dernières années contre 2,3% pour le reste de l’économie. « Dans un contexte de crise économique, sociale et financière mondiale, l’ESS répond plus que jamais aux attentes et aspirations des citoyens. Les initiatives de l’ESS participent à un projet global de transformation de la société, mais il faut le reconnaitre », rajoute Claude Alphandéry, « je regrette par exemple que sur la question du Grand Emprunt, on évoque systématiquement le concept d’innovation technologique, jamais celui d’innovation sociale ».

Ce que demande aujourd’hui l’ESS aux pouvoirs publics : la reconnaissance du secteur de l’ESS comme véritable levier du développement économique et de l’emploi dans notre pays et notamment :
- Lui laisser prendre sa juste place, sans lui mettre des bâtons dans les roues 
- Le reconnaitre comme interlocuteur de la mise en œuvre des politiques publiques, nationales ou territoriales et du dialogue social, au même titre que les organismes représentatifs comme le MEDEF, la CGPME, l’UPA….

Yannick Barbançon explique par exemple qu’il « n’est pas normal que les Chambres Régionales de l’Economie Sociale (CRES), bien qu’elles ne soient pas consulaires, ne soient pas impliquées au même titre que les Chambres de Commerce et d’Industrie, les Chambres de Métier dans le débat relatif au développement économique et à la création d’activités. « Si la mission confiée au Député F. Vercamer par le gouvernement reconnait la place de l’ESS dans les territoires et le lien entre l’économique et le social, ce sera déjà un point positif », reconnait Yannick Barbançon. Et lui de rajouter : « Notre exigence première : que les mesures décidées à l’issue du rapport ne soient pas seulement des pompes pour créer de l’emploi, mais tiennent véritablement compte des spécificités des acteurs et du secteur. C’est en créant des activités qu’on crée des emplois. Nous sommes par ailleurs très inquiets par la suppression dès la fin de l’année de la Délégation interministérielle à l’économie sociale et à l’expérimentation sociale (DIESES). »

Dans les 3 dernières années, les subventions accordées au secteur ont été divisés par 2,5. Certaines associations se sont même vues supprimer leurs subventions sans aucun préavis. « La baisse du soutien aux associations par les pouvoirs publics risque de se renforcer dans les prochaines années, avec un Etat qui confie aux collectivités locales des compétences tout en les privant de leurs ressources. », conclut Claude Alphandéry.
Lors de la Conférence, Claude Alphandéry a enfin annoncé le lancement du Laboratoire de l’économie sociale et solidaire, initié en janvier dernier avec le CNCRES, démarche participative qui propose "50 propositions pour changer de cap", et ce afin de répondre à "une crise de civilisation qui appelle un projet de civilisation" sur le site lelabo-ess.org.

Enfin le CNCRES publie le premier "Atlas national et régional de l’économie sociale et solidaire", détaillant son poids dans 13 secteurs d’activité et dans les économies régionales.

Source : Suivre les évènements du Mois de l’ESS...


1 Message

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
A propos de ESS et société, Enjeux et débats
ESS et Société a pris le relais de feu le site de Ressources Solidaires disparu en décembre 2017. Media social et solidaire dédié à l’économie sociale et solidaire en France et dans le monde, ESS et société permet de comprendre et de s’informer sur l’ESS au travers d’un agenda et d’une revue de presse sur l’économie sociale et solidaire L’information que vous recherchez pour comprendre et débattre sur ce (...)
En savoir plus »