Il serait bon de résister !


Je me pose très régulièrement la question : « Pourquoi l’économie sociale résiste-t-elle si mal à la pourtant très « résistible » ascension de « son » Haut-commissaire ? »

Il m’est arrivé à plusieurs reprise de citer Paolo Freire qui disait en substance : « l’homme peut changer le monde à deux conditions : qu’il ait conscience que le monde puisse être changé et qu’il puisse être changé par lui-même, celui qui se pose la question ».

Une première question est donc : les dirigeants actuels de l’ESS, ceux des grandes entreprises et institutions, ont-ils comme leurs grands ainés la volonté de changer le monde, de s’opposer, au-delà d’un discours convenu, à une évolution libérale du monde et de la société qui sera létale pour eux ?

Je pense que c’est le cas pour un certain nombre d’entre eux, mais pas tous. Ceux qui ont la conviction que le monde dut être changé sont des hommes partageant des valeurs humanistes, sociales, progressistes.

Source : Miroir social du 19/09/18 par Jean-Philippe Milesy


Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
A propos de ESS et société, Enjeux et débats
ESS et Société a pris le relais de feu le site de Ressources Solidaires disparu en décembre 2017. Media social et solidaire dédié à l’économie sociale et solidaire en France et dans le monde, ESS et société permet de comprendre et de s’informer sur l’ESS au travers d’un agenda et d’une revue de presse sur l’économie sociale et solidaire L’information que vous recherchez pour comprendre et débattre sur ce (...)
En savoir plus »